Bon anniversaire Radio Libertaire

Depuis le début de son histoire, en 1982, le label ViSA a toujours entretenue une complicité joyeuse avec Radio Libertaire. Déjà, nous partagions les mêmes valeurs, nous avions les mêmes projets de transformation sociale pour cette société qu'on condamne. De plus Radio Libertaire à toujours laisser une place de choix à la création artistique, partant, Il n'est donc pas incongru, pas même surprenant, que ViSA apporte sa contribution pour fêter le 35ème anniversaire de Radio Libertaire.

Associé au Label trAce, nous avons le plaisir, que dis-je nous avons l'immense joie de vous proposer une compilation d'artistes qui ont souhaité avec nous marquer cet événement qui est loin d'être anodin. Que cette Radio soit toujours en capacité aujourd'hui de proposer une lecture du monde, une réflexion hors des sentiers de la soumission et de la désespérance, relève quasiment de l'exploit. Cela n'a pu se réaliser qu'
au prix d'un engagement acharné de la part des équipes qui ont conçu et fait vivre ce projet, qu'au prix de l'imagination des animatrices et des animateurs qui tout au long des programmes ouvrent des espaces à la liberté d'expresssion et à la révolte.

Comme toujours dans ce genre de projet, nous n'avons pas pu offrir un espace à tout le monde.  En 35 ans Radio Libertaire s'est fait une quantité d'ami(e)s dans le monde artistique, et plus particulièrement dans le monde de la musique. Sauf à offrir une anthologie démesurée, des choix cruels se sont donc imposés. Nous savons que cela va entraînner des déceptions, peut être même des incompréhensions. Nous en sommes conscients et surtout, nous en sommes désolés.

Heureusement d'autres fêtes se profilent déjà, et avec elles d'autres occasions se présenteront de proposer encore et toujours de belles rencontres.

En attendant , nous vous laissons découvrir cette belle marque de vie que nous offrent avec amitié et générosité, les musiciennes, les musiciens, les chanteuses, les chanteurs et  les dessinateurs que vous allez découvrir sur ces disques (1 album vinyle + 1 cd bonus + une carte de téléchargement).


Thierry de LAVAU - 17 avril 2017



   Sortie le 22 avril 2017

   Plus d'infos sur ce projet ici



En 1995
, sortait la dernière production du label ViSA.


Autant dire que le monde de la musique avait bien changé entre temps. Le vinyle était déjà quasi moribond remplacé dans les bacs par le CD qui lui même fût évincé par le numérique. Le traitement du son aussi a évolué - enfin si on peut dire - vers cet infâme système de compression numérique, le MP3, qui permet de loger des milliers de morceaux, donc des centaines d'heures, dans un boitier plus petit qu'un briquet (du temps de la cigarette). Peut importe la piètre qualité du son ça permet de transformer son téléphone en juke-box nasillard. Exit le walkman, exit le lecteur de CD portable, c'est maintenant ce petit machin de rien du tout fruit d'une technologie poussée qui n'a que faire de l'Art, qu'il fait bon balader. Tout le monde rafolle du MP3, les gosses, les joggers, les cadres en déplacement, les coursiers, les métro-maniaques, qui peuvent télécharger à qui mieux mieux et ainsi s'approprier des heures de sons dégénérés à moindre frais. Si pour certains des raisons économiques peuvent justifier ce choix, c'est plutôt le coté pratique qui prévaut. Le drame dans l'histoire c'est que sont des millions d'oreilles qui sont ainsi formatées à entendre du son tout pourri. Quand Sophocle disait "Tout est bruit pour qui a peur", on peut substituer aujourd'hui "Tout bruit est musique pour qui ne fait qu'entendre". D'ailleurs a t-ont déjà vu un médium prendre le nom d'un média, ou inversement, car on dit aussi bien MP3 pour le son que pour le l'appareil qui lit le son. Confondant n'est ce pas Monsieur Mac Luhan ?

Parce qu'il y a encore des artisans musiciens qui prennent soin de réfléchir à la qualité du son, au plaisir qu'ils procureront à l'écoute de leur musique, il n'y a pas lieu de s'étonner du retour du vinyle et de la tentative de résistance du CD.

Donc 20 ans ont passé, mais on se dit qu'après avoir dénoncé les pratiques infernales des majors dans les années 90 avec le mouvement "Out of majors", après avoir avoir disparu parce nous savions la bataille  perdue face à des industries qui ne raisonnent qu'en terme de profits, on referait bien encore un petit quelque chose, juste comme ça, pour le plaisir. Toujours  "pessimistes mais combatifs" pour reprendre la jolie formule de Lydie Barbarian et du brigadiste Vlad, sereins aussi car nous n'avons pas de velléités à prouver quoique ce soit, si ce n'est que demeure une création indépendante, riche de sens, émancipée et ludique.

Cela valait bien un changement de logo, alors après sondage, nous avons retenu ce petit poisson qui ne trouve sa puissance qu'en collectivité et qui peut lui même, dans certains cas,  être victime de cette même collectivité.

Thierry de LAVAU - 1 avril 2014



    Cliquez sur l'image                                                    Retour/Back